Close
Shopping Cart
Your Cart is Empty

Our Blog

SIMASOHNANI INTERNATIONAL  SEPTEMBRE 2019

CANCER

Participation de Simasoh Nani International à l'atelier sur les cancers féminins organisé par l'UICC à Dakar.

Du 12 au 13 juin s'est tenu au savana hôtel de Dakar une réunion des leaders en actions dans la lutte contre le cancer en Afrique francophone et un atelier de formation sur les cancers féminins. Dix (10) pays francophones d'Afrique étaient présents à cette rencontre à savoir: Bénin, Burkina Faso, Burundi, RD Congo, Congo braza Côte d'ivoire, Guinee conakry, Mali, Sénégal et Togo. En plus des organisateurs, il y avait les représentants du ministère de la santé de chaque pays, des organisations de la société civile ainsi que d'autres partenaires techniques et financiers.

Simasoh Nani, à travers ma modeste personne a eu le privilège de représenter la société civile au Mali.

Trois points essentiels étaient à l'ordre des jours à savoir:

1- l'etat des lieux de la couverture sociale universelle dans nos différents pays et le niveau d'intégration des cancers féminins.

2- Implications et rôles de la société civile dans la lutte contre les cancers féminins.

3- les enjeux du partenariat public dans la lutte contre les cancers féminins en Afrique francophone.

Des questions très élaborées ont été discutés autours des tables rondes pour dégager a la fin les défis et opportunités de la dite cause.

A la sortie de cet atelier, j'ai retenu que:

- il y a encore un long chemin à parcourir pour atteindre une réduction de 50% de la prévalence des cancers féminins en Afrique de l'ouest. Rappelons qu'il est possible d'éradiquer le cancer du col de l'utérus avec une bonne couverture vaccinale de la jeune population féminine contre le Human papilloma virus (HPV). Vaccination qui n'est toujours pas effective au Mali.

- la place importante de la société civile dans la lutte contre les cancers est indéniable; il est donc nécessaire que les différentes organisations de la société civile s'unissent en ligue autour du grand objectif commun afin de renforcer les actions et plaidoyers.

- Il est temps que l'État malien s'ouvre d'avantage aux opportunités de partenariat public-privé pour assurer une meilleure couverture Maladie à l'ensemble de sa population.

Dr DICKO Fatoumata

Chargée du programme lutte contre le cancer au Mali.

Simasoh Nani International

00223 66 54 28 02

[email protected]


Il y a des milliers de personnes qui vivent avec le cancer à travers le monde entier. Nous arrive t'il de nous demander ce qu'ils vivent en longueur de journée. Est ce qu'il nous arrive d'imaginer leur peine quotidienne ?

‌Toutes les maladies chroniques sont difficiles à porter certes. Le cancer est une affliction imprévisible, on s'en croit généralement à l'abri. Autre fois il était considéré comme une malédiction ne frappant que les familles au passé sombres. Aujourd'hui avec ce changement extraordinaire de nos conduites, il est de loin le fléau du 21eme siècle. Tout le monde connait ou a connu au moins un cancéreux: du poumon, du sein, de la prostate, du foie, du côlon ou encore la leucémie...qui n'épargne ni femmes, ni enfants. Ils vivent dans la douleur physique, dans la douleur morale, dans la contrainte de la chimiothérapie, dans l'angoissante attente d'un donneur d'organe et pour d'autres dans l'attente d'une fin annoncée. Cela encore pour les heureux malades qui ont la chance d'être diagnostiqués, d'être médicalement suivis, d'être traités. Qu'en est-il des autres ? Dans les pays comme le Mali, des milliers de personnes meurent tous les jours du cancer, dans des milliers de cas le diagnostic ne sera jamais posé. Et même si : la prise en charge reste contraignante et chère. Imaginons un moment, la peine de toutes ces mamans, de tous ces enfants, de toutes ces familles ; et ensemble mobilisons nous contre le cancer.

Dr DICKO Fatoumata

Médecin diabetologue

Tel: 00223 65542802

Email : [email protected]

Impliquons-Nous Pour Vaincre Le Cancer Au Mali

Le cancer de la peau: une multiplication anormale des cellules de la peau, aujourd'hui nous allons vous parler des 2 grands types de cancers de la peau à savoir:


1. Les carcinomes basocellulaires: ce sont les cancers les plus fréquents de l’adulte et représentent la majorité des cancers cutanés.

Environ 70 % des carcinomes basocellulaires siègent sur le visage ( les joues, le front, le pourtour des yeux notamment à l’angle interne) et le cou et environ 30 % sur le nez qui est la localisation la plus fréquente

Il se manifeste généralement par un des signes suivants :

- une boursouflure couleur chair ou rosée, d’apparence « perlée », sur le visage, les oreilles ou le cou ;

- une plaque rosée et lisse sur la poitrine ou sur le dos ;

- un ulcère qui ne guérit pas...

l'exposition au soleil agrave les symptômes donc en cas de doutes il faudrait se référer aux spécialistes qui jugeront des modalités de traitement.

2. Le mélanome:

Le  mélanome se développe en général à partir d’un grain de beauté qui a dégénéré. Même si ça l'air banal, il y a un risque important de métastase.

Ses signes sont entre autres:

- Un grain de beauté qui change de couleur ou de taille.

- Un grain de beauté qui saigne ou dans lequel apparaissent des zones de couleur rouge, blanche, bleue ou bleu-noirâtre ;

- Une lésion noirâtre sur la peau ou sur une muqueuse (par exemple, les muqueuses du nez ou de la bouche).

Un dépistage précoce augmente considérablement les chances de guérison.

Au Mali: le phénomène qui expose de plus en plus la population a ces genres de cancer avec une forte prévalence dans la population féminine est la depigmentation volontaire. l'utilisation des dermocorticoides et autres produits chimiques dans le but d'éclaircir la peau. ce phénomène pas vraiment nouveau et incontrôlé dans nos contrées fragilise la peau, et le prive de sa protection naturelle contre les rayons UV du soleil.

Dr DICKO Fatoumata

Chargée du programme lutte contre le cancer au Mali.

Simasoh Nani International

00223 66 54 28 02

[email protected]


Il y a des milliers de personnes qui vivent avec le cancer à travers le monde entier. Nous arrive t'il de nous demander ce qu'ils vivent en longueur de journée. Est ce qu'il nous arrive d'imaginer leur peine quotidienne ?

‌Toutes les maladies chroniques sont difficiles à porter certes. Le cancer est une affliction imprévisible, on s'en croit généralement à l'abri. Autre fois il était considéré comme une malédiction ne frappant que les familles au passé sombres. Aujourd'hui avec ce changement extraordinaire de nos conduites, il est de loin le fléau du 21eme siècle. Tout le monde connait ou a connu au moins un cancéreux: du poumon, du sein, de la prostate, du foie, du côlon ou encore la leucémie...qui n'épargne ni femmes, ni enfants. Ils vivent dans la douleur physique, dans la douleur morale, dans la contrainte de la chimiothérapie, dans l'angoissante attente d'un donneur d'organe et pour d'autres dans l'attente d'une fin annoncée. Cela encore pour les heureux malades qui ont la chance d'être diagnostiqués, d'être médicalement suivis, d'être traités. Qu'en est-il des autres ? Dans les pays comme le Mali, des milliers de personnes meurent tous les jours du cancer, dans des milliers de cas le diagnostic ne sera jamais posé. Et même si : la prise en charge reste contraignante et chère. Imaginons un moment, la peine de toutes ces mamans, de tous ces enfants, de toutes ces familles ; et ensemble mobilisons nous contre le cancer.

Dr DICKO Fatoumata

Médecin diabetologue

Tel: 00223 65542802

Email : [email protected]